AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Enfin un jardinier [PV Lymle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Michael Smith

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 09/08/2010
Localisation : Man'zen School

MessageSujet: Enfin un jardinier [PV Lymle]   Lun 16 Aoû - 22:15

Les paysages s’enchainent tandis que les enfers se déchainent. Les voyages forment la jeunesse paraitrait-il. Puis le TGV est le fleuron de la technologie française. Mais bordel, qu’est ce que leurs vitres ne sont pas résistantes. Bon au moins, ça en faisait un de moins. Putain, j’espère qu’il n’a pas pourrit un poteau électrique en étant défenestré, non parce que sinon les frenchies vont encore se taper une grève de la SNCF. Les pauvres, déjà que le site de la boite est en carton… ‘Fin au moins, on reste dans le thème avec la stratégie commerciale en papier. Sont pas encore au point faut croire. Puis le merdier que je suis en train de foutre dans leur train ça va pas aider. Et puis c’est qui en face ? Probablement une famille dont j’ai descendu le boss lors d’un procès. Ou que j’ai descendu tout court d’ailleurs qui sait ? Probablement moi en fait. Du moins si je pouvais sortir mon PC. Non parce que je vais pas m’amuser à tous les mémoriser. J’ai pas que ça à foutre. Bon sinon j’ai quoi dans mon sac pour les calmer ? Pas grand-chose en fait. J’étais censé prendre l’avion à Genève moi, du coup je n’emmène pas l’artillerie avec moi. C’est un coup à se faire refuser l’accès à l’avion. Sont un peu chochottes les douaniers quand même. Bon c’est pas tout ça mais si je veux être à l’heure, va falloir se faire les gêneurs à l’ancienne. Quoique les couteaux sont certes anciens mais en polymère à base carbonée, vachement moins. Mais bon, ceux-là sont pas détectés aux portiques ce qui est quand même un plus. Et puis ils volent bien. Allez, comme je suis magnanime, je vous fais la scène en bullet time (ou knife throwing time si vous préférez) et à la troisième personne histoire de donner un petit côté classe.

Il bondit de derrière le siège et l’ex-passager de première classe qui lui servaient de bouclier pare-balle. Heureusement que ces empêcheurs de tourner en rond étaient restés sur du petit calibre, sinon ça n’aurait jamais suffit. La première lame glissa silencieusement dans l’air, tandis qu’il avançait dans sa trace. Elle heurta violement l’œil gauche de sa victime, la tuant sur le coup. Le nouveau cadavre laissa tomber son arme, qui atterit directement dans le creux de la main de Michael. Five-Seven. C’étaient donc des belges. Et pour se payer ce genre de jouet, ils devaient avoir un assez beau budget. Ah oui, les indépendantistes Flamands. Mais qu’est-ce qu’ils foutaient dans un train pour Genève ? Ah oui, le tuer, ça expliquait pas mal de choses. Fallait dire qu’il leur avait fumé la moitié de leurs terrains dans un procès où les partis avaient utilisés des méthodes peu objectives pour faire trancher la justice en leur faveur. D’ailleurs, en parlant de trancher, sa deuxième lame venait de sectionner la carotide d’un deuxième belge, lui permettant accessoirement de récupérer une deuxième arme à feu. C’était terminé. Ils allaient comprendre pourquoi on l’appelait Akimbo. L’art du combat avec deux armes de poing. Très efficace dans les espaces réduits. Critère auquel correspondait parfaitement une voiture de TGV. Et puis ils n’étaient plus que sept. C’était trop facile.

Le premier était trop près pour sa santé. Le poing droit de Michael vint lui percuter le menton tandis que son index pressait la détente, lui faisant sauter la cervelle par le haut de son crâne, avec quelques morceaux de langue et de palais en option. Le bras gauche de l’ex avocat vint frapper la tempe du cadavre, le propulsant sur le côté et lui permettant de faire face à ses adversaires. Trois nouveaux tirs. Trois nouveaux morts avant qu’il ne plonge se mettre à couvert derrière un autre siège. Position qu’il ne garda que le temps d’une salve de ses adversaires, qui depuis le temps qu’ils tiraient sans compter, leur fit arriver à la fin de leurs chargeurs. Un sourire se dessina sur ses lèvres. C’était décidément trop facile.

Moins de dix minutes plus tard, j’arrivais enfin à Genève. En sortant de la gare, je pris un taxi qui m’emmena jusqu’à l’aéroport, me laissant le temps de remplacer ma chemise et ma veste par des encore vierges de sang. Dès la sortie du véhicule, les anciennes frippes iraient rejoindre une poubelle, ainsi que les gants et les deux armes à feu. Par contre, je garde les couteaux. Ça vaut cher ces merdes et puis comme ils ne se détectent pas, ça me permet de garder quelque chose sur moi pour le vol, juste au cas où.

Heureusement il n’y eu pas de problème pour le reste du voyage. Juste le douanier japonais tiqua quand je lui dis que je venais pour un travail de jardiner dans une école. Mais bon comme j’avais mon contrat de travail ainsi que des papiers en règle, il ne fit pas d’histoires. Voilà pour le comment j’ai quitté la France pour le Japon. Quand au pourquoi, vu ce qui c’était passé dans le train, c’était plutôt clair. On me demandait de changer d’air et pour le moment j’avais pas franchement d’autre choix. Man’zen School hein ? Au moins ça promettait d’être intéressant.

Deux jours plus tard, je pus enfin constater par moi-même l’état des jardins de l’école. Il allait y avoir du travail. Ça manquait de tout. Pas de rosiers rouge ou blanc, pas d’hortensia. Aucun plan de fleurs permettant aux mafieux de se fournir pour signer des cadavres. Tout juste un étang dont la contenance ne permettait pas de stocker plus d’un cadavre à la fois. Au moins, vu le nombre d’abrutis que j’avais calmé à peine le portail franchit, je n’allais pas manquer d’engrais. Aller au boulot, il est temps de refaire vivre ces futurs espaces verts. Jardinier ? Mon cul ouais, là c’était plus un travail de paysagiste. Mais au moins les gens restaient calmes quand on se sert d’un taille-haie et donnaient spontanément de l’aide pour retourner la terre. Ce n’est qu’en fin de journée qu’il les laissa repartir, profitant de la fraicheur et d’un soleil couchant, adossé à un arbre. Dieu que ce boulot était reposant.

[désolé pour le pavé au début, mais fallait que je pose le personnage, du coup si t’as besoin de plus de détails pour trouver comment enchainer, hésite pas à me MP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lymle

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 23/07/2010
Age : 26
Localisation : Je te dirais pas !

MessageSujet: Re: Enfin un jardinier [PV Lymle]   Mar 17 Aoû - 12:14

Lymle regardait le soleil se coucher depuis la fenêtre. Elle n'étais pas fatiguée, et ne savait pas quoi faire. Elle venait d'avoir une petite idée. Elle passerais la nuit dans la vacante au sentiments et au repos, ce lieu si paisible ou personne n'est enclin à vous embêter. Il faut dire que l'atmosphère glauque de l'endroit ferait déguerpir le premier venu. Elle attrapa son sac, un peu lourd vu qu'elle transportait tout son matériel de photographie, et sortit discrètement de la chambre. L'air dehors était frais, mais très agréable. Elle arriva sans encombres dans son lieu de prédilection. L'odeur de l'herbe, le bruissement des feuilles sous la brise nocturne... Rien de tel pour se relaxer tranquillement et évacuer tout ce stress accumulé. Elle s'installa confortablement à même le sol, et s'allongea sur le dos. Les nuages s'éclaircirent et la lune fit son apparition. Ronde et lumineuse. Lymle ferma les yeux pour laisser son esprit divaguer. Le moindre son, la moindre odeur, elle percevait absolument tout. Elle se sentait étrangement calme, elle qui d'habitude était surexcitée.

Elle se mit en position du tailleur, et ouvrit une bouteille de lait, qu'elle bu d'une traite. C'est alors qu'elle remarqua l'homme, plutôt vieux, adossé contre un vieux chêne. Qui cela pouvait t'il être ? Elle ne l'avais jamais vu ici. Elle le regarda cinq secondes, et se dirigea vers l'étang rempli de jolis nénuphars. L'eau était vaseuse et on ne voyait pas le fond. Elle prit un petit caillou et le lança de façon a faire un ricochet. Un, deux, trois, quatre, cinq. Contente de son exploit, elle s'auto-récompensa avec un Twinkie. Ses yeux regardaient un peu partout, et elle s'imaginait le paysage. Elle planterait bien quelques fleurs ou arbres, histoire d'égayer un peu et que ca sente bon. Peut-être des Lys blancs, symbole de sa famille, ou quelques cerisiers pour que le sol soit recouvert de pétales roses durant le printemps.

Elle aurait aimé que cet endroit ne soit rien qu'à elle, mais apparemment l'homme semblait préoccupé lui aussi par l'état pitoyable de la vacante. Son aspect frêle et fatigué amusa Lymle. Bon, c'était pas très sympa de se moquer de lui, parce que d'une elle ne le connaissait pas, et de deux on ne sait jamais comment il pourrait réagir, mais l'allure costard/cravate avec le visage émacié et le corps très maigre, ca ne collait pas du tout ensemble. D'ailleurs, pourquoi portait t'il ce genre de vêtements de luxe ? Non-pas que ca ne lui aille pas, mais ici c'est juste un lycée, pas un repaire de yakuza ou autres gangsters de la sorte. Enfin bon, il fallait s'attendre à toutes sortes de choses en venant ici. Elle pris une petite minute pour sortir son appareil photo, et prit quelques clichés des lieux. Très discrète, elle pu même prendre un lapin courant à travers les bois. Tout de même incroyable que des animaux puissent vivre dans ces conditions.

Les nuages défilaient doucement dans le ciel étoilé, et le temps semblait être au ralenti. Une chouette hulula, et Lym sursauta légèrement. Décidément, les animaux se plaisaient beaucoup ici. Dommage pour eux, car la petite fille les tueraient. Elle n'aimait pas particulièrement les bêtes, car c'était mesquin et moche. Puis de toutes manières, pas d'autre habitant dans la vacante. La petite s'était déjà autoproclamée chef de cet endroit. Oui, elle était capricieuse, mais quand on vient d'une famille fortuné, on prends cette mauvaise habitude de tout s'approprier. Elle se dirigea donc vers le nouveau venu et le toisa de haut en bas. Plutôt chic pour un adulte. Il devait avoir une bonne place au sein de la Manzen School. Mais vu de plus près, il semblait super vieux, limite malade. Le teint grisâtre, on aurait dit que les années l'avaient complètement mis à la ramasse. Elle ouvrit la bouche et chuchota.

"Bonsoir. Je ne voudrais surtout pas vous déranger, mais qui êtes vous ?"


Lymle avait employé un ton plein d'amabilité, mais dénué de sentiments sincères. Elle ne voulait pas faire causette avec lui, mais lui faire comprendre que cet endroit lui était réservé. Enfin, elle était prudente, et au cas ou elle était prête à en découdre. Pas question de céder son petit bout de terrain. A part si il était intéressé par la rénovation entière de cet endroit sombre et sans vie. Dans ce cas là, elle aiderait du mieux qu'elle peut, mais pas non plus comme une esclave. Y a des limites à tout. Et se faire exploiter, non merci. Au pire, elle appellerait quelques domestiques de son père. Mais elle aime bien faire les choses par elle même, du moment que c'était pas trop compliqué et faisable.


Dernière édition par Lymle le Sam 21 Aoû - 10:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Smith

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 09/08/2010
Localisation : Man'zen School

MessageSujet: Re: Enfin un jardinier [PV Lymle]   Jeu 19 Aoû - 15:24

Ah merde. J’ai oublié de me trouver un endroit pour dormir. En plus le tanker qui devait transporter mon conteneur a prit du retard. Fait chier. Mon logement de fonction n’est pas encore prêt. Sont comiques ces japonais mais en attendant je fais quoi moi ? J’ai pas envie de payer un chambre d’hôtel. Bon okay j’ai les moyens, mais on va dire qu’une partie de mes comptes sont un peu surveillés en ce moment et qu’il faudrait pas que j’y touche. C’est beau ça… A peine 24 ans, déjà dans la merde et persona non grata dans l’ouest européen. Et même pas de rolex. Triste franchement. J’aurais du la prendre à l’autre gugus quand j’en avais eu l’occasion. Tiens ils ont peut-être retrouvé le corps. Après tout ça fait bien deux ans qu’il macère en fut de chêne avec du beaujolais. Au moins le vigneron aura une véritable excuse pour expliquer pourquoi ce qu’il vend se rapproche plus du vinaigre que du vin… Mais bon c’est de l’histoire ancienne tout ça et puis…

"Bonsoir. Je ne voudrais surtout pas vous déranger, mais qui êtes vous ?"

Ou comment plomber une ambiance déjà pourrie. Manquait plus qu’on vienne finir de l’enterrer. Putain, je sens qu’il va venir vite le mal du pays. Ouais okay elle y a mit les manières, mais l’hypocrisie c’est chiant. Autant être franc jeu, ça évite d’avoir la langue rappeuse au final. Puis on arrive toujours à trouver une solution définitive comme ça. Quoi qu’une jolie fille comme ça, ça serait dommage d’avoir à en arriver là. Oui, le suicide assisté n’est pas être pas la meilleure solution à vos problèmes, mais au moins elle a régulièrement fait ses preuves. Moi par exemple, c’est comme ça que je me suis retrouvé avec le voisinage le moins chiant de la ville. Et puis leurs chiens m’ont évité d’avoir à supporter l’odeur. En plus, moi j’aime les chiens, ils sont obéissants. Par contre ils puent vachement plus que les chats et sont moins autonomes. Par contre les chats me ressemblent trop pour que je les supporte. Ils sont franchement égoïstes et se prennent pour des êtres supérieurs. Ouais un peu comme moi en fait. Sauf que je ne retombe pas forcément sur mes pattes…

Ah merde, je monologue et je monologue mais j’en oublie de répondre à la demoiselle. J’espère que mon japonais n’est pas trop rouillé sinon ça va forcément foutre la merde. Comme la fois où j’ai insinué que cet Allemand était monosomique. Bon même si ça retranscrivait plutôt bien mon opinion de la personne, ça a un peu pourrit l’ambiance. Mais passons. Et répondons un peu quand même. J’ai peut-être toute la soirée mais pas forcément elle.

« Je suis le nouveau jardinier. Ça se voit peut-être pas comme ça mais va falloir faire avec. Par contre c’est juste moi ou personne n’a jamais rien fait pour que cet endroit ressemble à quelque chose ? »

Oui les faucons, j’aime bien les faucons. Faudrait que je voie s’ils sont capables de vivre dans une ville comme celle-ci. Nan parce que je me sens bien d’en avoir deux trois. Comment ils les appellent par ici déjà ? Ah oui Hayabusa pour les faucons pèlerin, ça doit donc pouvoir se trouver. Tant mieux, ça me fera quelque chose pour m’occuper dès que ce jardin ressemblera à quelque chose. Faudrait que je fasse un mélange entre jardin traditionnel japonais et jardin à la française (ndla : en français dans le texte si le texte avait été dans une autre langue) ça pourrait faire un bel effet Et puis ça ferait un meilleur champ de vision pour surveiller ces abrutis et les empêcher de pourrir mon travail. Tiens et si j’apprenais aux faucons à attraper les yeux de leurs cibles ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lymle

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 23/07/2010
Age : 26
Localisation : Je te dirais pas !

MessageSujet: Re: Enfin un jardinier [PV Lymle]   Mar 24 Aoû - 10:54

Calme, calme, calme. Lymle avait déjà envie de l'étriper, cette espèce de faux-vieux en costard. Il n'avait pas répondu directement, préférant la faire poireauter comme une idiote. Elle serrait ses petits poings tremblants de fureur. Ne pas le tuer, ne pas le tuer. Elle se répétait cette phrase sans cesse, pour éviter d'ôter la vie aux innocents, même si la plupart du temps, cela ne marchait pas. Il se décida enfin à lui donner une réponse.

"Je suis le nouveau jardinier. Ça se voit peut-être pas comme ça mais va falloir faire avec. Par contre c'est juste moi ou personne n'a jamais rien fait pour que cet endroit ressemble à quelque chose ?"

Jardinier, costard. Lymle faillit éclater de rire mais se pinça la main pour éviter. Une chose était sûre, cela ne se voyait vraiment pas. De plus, son japonais n'était pas vraiment très bon. Compréhensible mais avec un drôle d'accent. Enfin, en lui demandant qui il était, elle s'attendait également à ce qu'il donne son nom, mais elle préféra ne pas faire sa rabat-joie. De plus, il voulait faire quelque chose de cet endroit, et cela calma un peu les nerfs de la petite fille. Mais il n'empêche qu'il lui avait dit cela sur un ton accusateur, comme si il rejetais l'état de la vacante sur la jeune fille.

Et, normalement, si il était vraiment jardinier, il avait de nombreuses connaissances de la flore. Alors qu'il se serve des ses compétences pour faire que cet endroit ressemble à quelque chose, comme il disait si bien. Cela était parfait pour rénover ce lieu et en faire un vrai havre de paix. Certes, vu qu'il voulait sans doute s'en occuper, et, de plus, qu'il était le jardinier attitré du lycée, Lymle n'aurais pas son mot à dire. Mais la jeune fille était plutôt du genre coriace, à ne pas lâcher prise si facilement. Vous voyez un chien avec un os ? C'est la même chose.

En outre, un des avantages de naître dans une famille très fortuné, c'est que le mot défaite, vous ne connaissez pas. Elle s'installa donc à côté de lui, en laissant bien évidemment un espace assez conséquent entre eux. On ne mélange pas les torchons et les serviettes, après tout. Elle contempla avec lui l'espace qui s'offrait à eux. Enfin, lui semblait ailleurs, à divaguer sur des choses incompréhensibles. Quel divertissement dans cette conversation. Lymle le trouvait plutôt étrange. Mais se garda de lui dire.

Un lieu calme, tellement calme que cela en devenait un peu déroutant. La nuit était déjà bien installée, alors pourquoi ne rentrait il pas chez lui ? Lymle sentit la fatigue s'emparer d'elle. Elle ferma les yeux une seconde, et Morphée décida de l'emmener dans le monde du sommeil. Comment peut on s'endormir debout ? Aucune idée mais Lymle était désormais inconsciente, adossée contre cet arbre, les yeux clos. Elle espérait sincèrement qu'il allait partir, et la laisser dormir tranquillement. Mais, comme on dit si bien, l'espoir fait vivre.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Enfin un jardinier [PV Lymle]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Enfin un jardinier [PV Lymle]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qui veux rp avec moi ? Je ne mord pas (enfin pas toujours)
» Toi & Moi enfin réunis... [Pv Sweet Fire ♥] [{fini}
» Enfin je t'ai trouvé ...
» Enfin dehors !
» On se retrouve enfin [Elcolo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Man'zen School : l'antre des délinquants :: Man'Zen School: l'antre des délinquants :: Les quatre cours extérieures :: La vacante aux sentiments et au repos-
Sauter vers: